Le saviez-vous ?

Le docteur Satan en rit encore

Peu de Parisien.ne.s connaissent la sordide histoire du docteur Petiot et de son hôtel de la rue Le Sueur. Pourtant, Petiot fut à la 2e Guerre ce que Landru fut à la 1ère, c’est-à-dire un assassin dénué de scrupules, agissant pour s’accaparer les biens  de ses victimes en profitant d’une période troublée. Petiot a profité de l’Occupation pour se lancer dans le crime à grande échelle. Retour sur une histoire noire et dramatique.

 

 

En 1941, Petiot achète un hôtel particulier au 21, rue Le Sueur (16e), où il ouvre son cabinet médical. Parallèlement, il monte un faux réseau de résistance, prenant le surnom de « docteur Eugène ». Deux rabatteurs répandent la rumeur qu’il fait passer en Argentine ceux qui fuient le régime nazi, pour 25 000 francs par personne. C’est ainsi que Petiot

 

visite guidée 16e arrondissement

visite guidée tueurs en série

attire ses futures victimes, principalement des Juifs, et quelques malfrats échappant à la Gestapo. Il promet le voyage clandestin, mais en vérité, il les assassine en les asphyxiant dans une chambre à gaz, puis il jette les corps dans un puits empli de chaux vive ou les incinère. C’est justement la fumée de la chaudière qui attire l’attention des voisins le 9 mars 1944. Les pompiers découvrent alors toute l’horreur de la rue Le Sueur, et dénombrent 27 victimes officielles.

 

Petiot, voyant les pompiers alors qu’il revient chez lui, fuit et se fait passer pour un résistant, membre des FFI, sous un nom d’emprunt. Mais il est finalement arrêté, jugé et condamné le 4 avril 1946. Son procès a secoué l’opinion publique et les magistrats, d’abord par son attitude plurielle (intérêt, ennui, verve etc.), par ses paroles (il s’est insurgé du nombre de 27 victimes, affirmant en avoir tué 63), et par le décor du tribunal (les valises empilées, retrouvées chez Petiot, rappellent les piles de valises entassées dans les camps). Pendant le procès, il croit pouvoir se sauver en affirmant n’avoir tué que des collabos et des nazis, par résistance…


Tous les articles à retrouver sur la page Le saviez-vous ?