Le saviez-vous ?

La ferme de Paris ?

Quand on parle de ferme à Paris, il faut penser à l’institution ayant en charge la recette de certains impôts parisiens, du XVIIe au XVIIIe siècles. La Ferme, ou encore la Compagnie des Fermiers généraux. Les Fermiers étaient donc des financiers chargés du recouvrement de cet impôt, rien à voir avec la vie paysanne… Les marchandises entrant dans Paris étaient soumises à l’octroi. Pour taxer les marchands, il y avait une cinquantaine de postes de contrôle, mais les limites de Paris n’ont longtemps pas été fixes. C’était plutôt une ligne floue et fluctuante entre la ville et la banlieue. La fraude était donc facile, et fut considérable, faisant perdre des sommes colossales à l’Etat, la Ville et la Ferme (oui, car les Fermiers se servaient bien largement sur cet impôt). C’est pour empêcher cette fraude que les Fermiers généraux ont eu l’idée, juste avant la Révolution, de construire un mur tout autour de Paris, véritable enceinte fiscale connue sous le nom de mur des Fermiers généraux.

 

visite guidée enceintes de Paris
La rotonde de la Villettte

visite guidée vestige murailles paris
La "barrière" de Chartres

Il s’agissait d’un mur entourant tout Paris, haut de 3,4 m, le long des actuels boulevards extérieurs (la ligne 2 suit en partie son trajet), sur un périmètre de 24 km. Ce mur était percé d’une cinquantaine de bureaux de douanes, installés dans de majestueux pavillons d’architecture classique, appelés par habitude ancienne « barrière ». Lorsque l’enceinte de Thiers est construite entre 1841 et 1844, la frontière de l’octroi est repoussée jusqu’à ce nouveau mur, et le mur des Fermiers généraux est détruit. Néanmoins, 4 « barrières » subsistent : la barrière d’Enfer, la barrière de la Villette (la rotonde), la barrière du Trône et celle de Chartres (dans le parc Monceau).

 


Tous les articles à retrouver sur la page Le saviez-vous ?